Jean-françois Noël

auteur-photographe

Tirana - Place Skanderbeg


Début d'été. Groupes et individus de tous âges et de toutes conditions se croisent sur la grande place monumentale du centre de la capitale albanaise.

Les bâtiments qui l'entourent font une sorte d'introduction à l'histoire, riche et douloureuse de l'Albanie : la vieille mosquée cohabite avec la satue du héros national de la lutte contre les Ottomans, les palais de la période communiste voisinent avec les hôtels internationaux construisent après 1990.

Les cimetières juifs de Lodz et de Metz


Les disparitions successives de Marceline Loridan-Ivens et d'Ida Grinspan m'ont invité à ajouter à ma galerie deux séries consacrées aux cimetières juifs. Celui de Lodz (au centre de la Pologne, d'où venait la famille de Marceline Loridan-Ivens est le plus grand cimetière juif d'Europe. Celui de Metz témoigne de l'ancienneté et de l'importance de la présence des Juifs en Moselle.

Dernière(s) mises(s) en ligne

« Dès lors qu'une émotion ou qu'un fait est traduit en photo, il cesse d'être un fait pour devenir une opinion.

L'inexactitude n'existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d'elles n'est la vérité. » Richard Avedon

« Une photographie c’est un fragment de temps qui ne reviendra pas. » Martine Franck

(placeholder)

Les photographies de ce site ne sont pas "libres de droits". Leur reproduction et leur utilisation sans autorisation de l'auteur sont interdites.

U4 - Un fantôme de l'acier


il n'y a plus de couleurs et plus de bruit. Le ciel n'a plus de teintes étranges, mais tous les patelins se terminent toujours par "ange".

Sur le site d'Uckange, une unité - l'U4 - a échappé à la démolition grâce à la volonté des sidérurgistes de transmettre la mémoire industrielle du bassin sidérurgique. .

A la recherche des camps de la Retirada

Exposition à louer conditions et modalités sur demande ici

En janvier 2018, je suis allé sur les lieux où la République française ne trouva pas d'autre moyen "d'accueil" que d'interner dans des camps improvisés et dans des conditions inhumaines les centaines de milliers de civils (hommes, femmes, enfants, vieillards) et de soldats républicains qui, à partir du 27 janvier 1939 franchirent les Pyrénées pour échapper à la victoire des troupes franquistes. Ainsi s'ouvrait la triste page de ce qu'il faut bien nommer (avec Denis Peschanski) la France des camps.

« Apparemment personne ne veut savoir que l'histoire contemporaine a engendré un nouveau type d'êtres humains : ceux qui sont mis dans des camps de concentration par leurs ennemis, et dans des camps d'internement par leurs amis. » Hannah Arendt - 1943